L’Express : 135 euros par mois … c’est l’aisance ?

Jean-Jacques Marie

4ème tr 2016

Le site de L’Express a publié en octobre dernier une note dans la rubrique Actualités sous le titre : « GPA : qui sont les mères porteuses indiennes ? Une étude démonte les clichés ».

On y lit : « Les travaux d’une sociologue, publiés par l’INED ce mercredi, démontent un certain nombre d’idées reçues qui entourent le recours par des parents étrangers à la gestation pour autrui en Inde. Des parents riches qui exploitent des femmes vivant dans la misère à qui l’on arrache leur enfant. Une image que les détracteurs de la GPA – gestation pour autrui – invoquent régulièrement pour dénoncer le recours à une mère porteuse en Inde, destination phare des parents étrangers en mal d’enfant ».

Or cette note renvoyant à une étude de la sociologue Virginie Rozée qui a passé deux ans en Inde, et « rencontré 32 experts – médecins, avocats, responsables politiques – huit parents et 33 mères porteuses en 2013 et 2014 », publiée dans le bulletin d’information Population et Sociétés de l’Institution national d’études démographiques (InED), dénonce des idées reçues : « Principale idée reçue démontée par cette étude : loin d’être analphabètes, les gestatrices pour autrui rencontrées ne vivent pas dans la misère, loin s’en faut(sic !!!!, souligné par moi). La majorité d’entre elles reçoivent au moins 10 000 roupies (environ 135 euros par mois) (souligné par moi) quand 75 % de la population indienne vivait sous ce seuil en 2011-2012. »

Ainsi avec 135 euros par mois (pour LA MAJORITÉ), c’est être loin de la misère et ce n’est pas le besoin qui peut pousser des Indiennes à vendre leur ventre pour 3 000 dollars par mois en moyenne (petite partie seulement de ce que le couple qui n’est pas, lui, du tout dans la misère doit payer pour ce genre de service).