Après Rimbaud, « le nabot sanglant » lejov homosexuel

Jean-Jacques Marie

1er tr 2013

Une certaine Najat Vallaud-Belkacern , ministre des Droits de la femme, a, dans une interview au magazine TêTu (d’octobre 2012) écrit les lignes aériennes suivantes :

« Aujourd’hui nos manuels (scolaires – NDA) s’obstinent à passer sous silence « orientation LGBT (lesbiennes, gay, bi et trans) de certains personnages historiques ou auteurs même quand elle explique une grande partie de leur œuvre … ». Et, à l’appui de son affirmation, elle a cité Arthur Rimbaud, mais aucun personnage historique. Choisir Rimbaud pour illustrer l’idée que l’homosexualité expliquerait « une grande partie de son œuvre » prouve l’étendue de l’ignorance (ou de la stupidité ou des deux réunies) de la dame Najat Vallaud-Belkacem … qui a sans doute, comme beaucoup de lycéens et lycéennes, appris la brève aventure et le conflit violent entre Rimbaud et Verlaine dans un manuel scolaire.

A titre de personnage historique, puisqu’elle a omis d’en citer un, on pourrait lui suggérer de prendre l’exemple de Nicolas lejov, chef du NKVD de 1936 à 1938, arrêté en mars1939, et exécuté en mars 1940. Les enquêteurs de Béria, qui lui succéda, s’acharnèrent à lui faire avouer qu’il était « pédéraste » (et, bien entendu, à la tête d’un « complot trotskyste » à la tête du NKVD ) et ce depuis son incorporation dans l’armée e n 1917 ! Plusieurs témoignages semblent confirmer l’ homo-sexualité (au moins intermittente) de Iejov et certains ouvrages d’historiens en Russie y font clairement allusion. Je n’en ai encore trouvé aucun qui explique sa politique et les massacres sanglants qu’il a organisés sur ordre de Staline par cette homosexualité.

Peut-être Mème Vallaud-Belkacem pourrait-elle leur faire la leçon sur les insuffisances criantes de leur méthode de travail historique ?


 [od1]